Bon à savoir

Les mauvaises habitudes qui « tuent » votre métabolisme et vous empêchent de perdre du poids

Sauter les repas

Rester une longue période sans manger empêche de booster le métabolisme et de brûler plus de calories sur la journée. Lorsque l’on saute un repas, le message envoyé à l’organisme est d’économiser l’énergie au lieu de brûler des calories.

Une alimentation riche en glucides simples

Une alimentation riche en glucides simples (pain blanc, pâtisseries, sucreries…) contribue à ralentir votre métabolisme, car l’organisme va brûler moins de calories en secrétant plus de ghrélines (hormone stimulant l’appétit). L’excès de glucides simples fait rapidement augmenter la glycémie et si l’organisme n’a pas besoin de cette énergie apportée en excès, il va la stocker dans le tissu adipeux (graisseux). Il ne s’agit pas de bannir les glucides de son alimentation, mais plutôt de se tourner vers les glucides complexes qui sont essentiels (céréales complètes, pommes de terre, légumineuses…).

Un faible apport en protéines

Les protéines sont les constituants principaux du tissu musculaire, mais elles favorisent également la satiété et sont la clé pour maintenir son poids. Un déficit en protéines entraîne des difficultés de constitution et maintien d’une masse musculaire convenable qui est primordiale au métabolisme. De plus, la digestion et l’assimilation des protéines nécessitent plus d’énergie et donc de calories brûlées en comparaison aux glucides et lipides.

Une mauvaise hydratation

S’hydrater en quantité suffisante permet de booster le métabolisme qui sera d’autant plus élevé si vous buvez tout au long de la journée. L’eau est indispensable à l’organisme pour lui permettre d’assurer ses fonctions vitales comme la digestion ou la lipolyse (dégradation des graisses). Ainsi, ne pas boire en quantité suffisante fait ralentir votre métabolisme.

Le stress

Lorsque le niveau de stress augmente, l’organisme produit plus de cortisol. Cette hormone contribue à augmenter l’appétence pour les aliments dits « réconfortants », plus riches en sucres simples et en matières grasses, diminue l’envie de faire de l’activité physique et affecte la qualité du sommeil. Tous ces éléments ont donc un impact négatif sur le métabolisme.

La sédentarité

Se lever de sa chaise de bureau pour prendre sa voiture direction le canapé : nos modes de vie moderne et le manque d’activité physique mettent l’organisme en mode économie d’énergie. La sédentarité fait ralentir votre métabolisme, ce qui affecte la capacité de l’organisme à réguler la pression sanguine, la glycémie et à brûler des calories.
Pour booster son métabolisme, privilégier des entraînements de renforcement musculaire en fractionné (intervalles d’exercice et de pauses) permet non seulement de brûler des calories pendant, mais aussi après la séance (lors de la récupération/régénération musculaire).
Le renforcement musculaire est la clé pour re booster un métabolisme lent, car il est directement lié à la masse musculaire. Plus vous aurez une activité qui mobilise l’ensemble de votre masse musculaire et plus votre métabolisme sera élevé. À titre de comparaison, 1 kilo de muscle brûle 4 à 6 calories de plus par jour que 1 kilo de masse grasse.

Le manque de sommeil

Le manque de sommeil entraîne un ralentissement du métabolisme, des déséquilibres hormonaux et en parallèle, cela va stimuler la prise alimentaire et l’appétence pour les aliments riches en matières grasses et sucres simples.

Ahlem AMMAR 
Diététicienne-Nutritionniste

Laisser un commentaire