Zoom sur

Flora Coquerel « je suis française avant tout »

Flora Coquerel est une jeune femme de 19 ans comme les autres. A l’exception près qu’elle est, depuis décembre dernier, Miss France. Etudiante en BTS Commerce international, c’est avec sérénité qu’elle mène cette année spéciale. Et elle ne compte pas se laisser impressionner par les propos racistes tenus par quelques-uns. Ceux qui n’ont pas supporté ses origines béninoises. Rencontre.

« je suis française avant tout »

Echos d’orient : Qu’est-ce que cela fait d’être propulsée, du jour au lendemain, dans le monde du showbiz ?

Flora : Il y a parfois de l’appréhension. Je suis une jeune fille de 19 ans comme une autre qui vivait une routine tout à fait normale ponctuée par les cours. Puis il y a la surmédiatisation qui arrive d’un seul coup, c’est très difficile à gérer, il n’y a pas d’étapes intermédiaires. Il faut faire attention à ce que l’on dit, essayer de protéger sa vie privée au mieux. C’est angoissant mais on s’y fait.

Certains ont tenu des propos racistes du fait de vos origines béninoises, vous y attendiez-vous ?

Chaque année, c’est la même chose : des personnes essayent de discréditer l’élection. C’est le risque à prendre lorsqu’on se met sur le devant de la scène : il y a toujours des critiques. On ne peut pas plaire à tout le monde.

Comment faites-vous face à cette situation délicate ?

Je ne regarde pas ce qui s’écrit tout simplement [les propos les plus virulents avaient été postés sur Twitter, ndlr]. Je vis l’aventure pleinement et ce n’est pas cela qui va m’empêcher de profiter de cette année.

Que répondriez-vous à ces personnes qui estiment qu’une jeune femme qui a des origines béninoises ne peut pas représenter la France ?

Je leur dirais que je suis née en France donc je suis française avant tout. J’ ai des origines étrangères et j’en suis très fière. Il faut se faire à l’idée que la mondialisation amène le métissage. Il faut s’ouvrir au monde maintenant. Peut-être que mon élection les fera changer d’avis. Et si cela ne marche pas, ce n’est pas très grave. Ce n’est pas ce qui me préoccupe, il y a des choses bien plus importantes.

Est-ce que cela pourrait devenir votre cheval de bataille durant votre année de sacre ?

Je ne me suis pas présentée pour mettre en avant ma couleur de peau et lutter contre le racisme. Je me suis présentée très simplement, comme une jeune fille lambda. Que je sois blanche, métisse, jaune, verte, peu importe ! Ces gens qui font ces critiques sont une minorité. Or j’ai été élue par une majorité de Français.
« je suis fière de représenter une France métissée »
Vous avez déclaré que « défendre une France cosmopolite n’est pas [votre] message premier ». Quel est-il alors ?

Dans mon discours j’ai quand même tenu à dire que j’étais fière de représenter une France métissée du fait de mes origines. C’était important de le souligner à ce moment-là Mais j’ai simplement envie de défendre ce qui me tient vraiment à cœur : servir les personnes qui sont dans le besoin, c’est, à mes yeux, plus important. Je suis également très sensible à la cause féminine. Je suis pour qu’une femme soit indépendante et active. Ainsi, j’aimerais défendre l’insertion des femmes dans le monde du travail par exemple.

En guise de conclusion, quelle citation vous correspond bien ?

« Cela semble toujours impossible jusqu’à ce que ce soit fait » de Nelson Mandela.
Cette phrase résume bien mon aventure de Miss.

E.O

Laisser un commentaire