Qui sommes nous?

Né en 2008, le magazine Echos d'Orient est un Gratuit diffusé sur Marseille et sa région. Un nouveau media dans le paysage de la presse en France. Echos d'Orient est ainsi un magazine qui a pour vocation de mettre en avant les talents dans tous les domaines. Afin de sortir des clichés et de la stigmatisation. Notre volonté : médiatiser de façon positive les talents pour enfin arriver à une harmonisation des relations entre tous les Français.
Ca bougeEchos City

Arabofolies : quand les Résistances du monde arabe se chantent, se dansent et se partagent 

Aziza Brahim

C’est officiel, le festival Arabofolies est lancé ! Pluridisciplinaire, transversal et trimestriel, le festival s’axe, pour sa première édition du 1er au 10 mars, autour des Résistances.

« Lancer les Arabofolies la semaine où tombe la journée internationale des droits des femmes, c’est symbolique, on voulait que ce soit fort », explique Dorothée Engel, chargée d’action culturelle, « le forum ‘Citoyennes ! Les sociétés civiles à l’épreuve’ du 8 mars traitera donc de la condition des femmes ». Ce forum fera « résonner le combat de femmes de la société civile du monde arabe », appuie Dorothée Engel, « on y retrouve 9 citoyennes -militantes, entrepreneures, blogueuses…- qui viennent livrer leurs projets et expériences menés dans leur pays sur des sujets liés aux femmes et à leur place dans la société ».

« La musique, comme l’art en général, véhicule des idées fortes et fédère »

Autour du fil thématique des résistances, les différents intervenants feront vivre les liens existants entre les diverses disciplines prévues au cours de ce festival haut en messages et en bienveillance. « La musique, comme l’art en général, véhicule des idées fortes et fédère », poursuit Dorothée Engel, « nous invitons des femmes qui ont des choses à dire ».

Du Maghreb au Proche-Orient : l’art et l’engagement à l’honneur

Et en effet, la force de la programmation tient dans ces artistes qui viennent partager courage et volonté à rester debout, « résistant face au monde fracassé qui est le leur ». Au menu, six concerts viennent mêler diversité, tradition et modernité, artistes reconnus ou émergents, dans une variété de styles à en perdre la tête et ravir les oreilles. Au-delà de la musique, c’est le cinéma qui s’invite aux Arabofolies. La réalisatrice tunisienne Leyla Bouzid viendra donc présenter son film « A peine j’ouvre les yeux », faisant vivre les derniers jours avant la révolution. Également au programme, « Maghreb : l’héritage à l’épreuve de l’égalité », séance issue des jeudis de l’Institut du Monde Arabe. L’occasion, à partir de la nouvelle loi tunisienne instaurant l’égalité femmes-hommes dans l’héritage, de faire un état des lieux de la question dans l’ensemble du Maghreb. Des cultures palestinienne et syrienne revisitées par Naïssam Jalal et Osloob, à l’iconique sahraoui Aziza Brahim, c’est un véritable répertoire de « passeurs d’émotion », sourit Dorothée Engel, qui viennent dessiner ces dix jours.

Un festival rafraichissant qui, au lieu de questionner comme on en a l’habitude le monde arabe sous un prisme occidental, renverse la tendance, et met en lumière nombre de démarches inspirantes pour les sociétés occidentales*.

 

*Inscription et programme sur le site de l’IMA : www.imarabe.org 

Leave a Response