Mots clés Posts tagged with "tradition"

tradition

0 1173
Bassem Al Khalili et sa femme, gérant du restaurant châmi.

Le temps d’un repas, les clients du restaurant Chami, rue khleber à Marseille ont l’occasion de voyager en Syrie. Le dépaysement est quasi assuré grâce à une ambiance traditionnelle et à une cuisine authentique. Un combo qui fait le succès de cet établissement. Le chef cuisinier s’est confié à nous pour vous délivrer la recette de sa réussite.

Originaire de Syrie, Bassem Al Khalili est venu s’installer en France en 1988. Visiblement, il n’est pas venu seul. Il a ramené avec lui une partie de la Syrie : quelques ingrédients magiques et son savoir-faire. À son arrivée, il est tombé éperdument amoureux de Marseille. Il explique que son coup de cœur est certainement dû à la ressemblance de la ville avec son pays d’origine : « La vie y est simple, les gens sont chaleureux et conviviaux, exactement comme les Syriens. » C’est pourquoi il a décidé d’ouvrir son propre restaurant. À travers son établissement, il souhaite transmettre le vrai goût de la cuisine syrienne. D’ailleurs, il confie que l’essentiel pour lui, ce n’est pas de vendre le plus possible, mais de rester fidèle aux saveurs de la cuisine syrienne.

« J’aime ce métier, je le fais par amour, par passion. »

Du 100% fait maison, c’est ce qui rend sa cuisine authentique. Bassem est formel : « Tout doit être naturel pour retranscrire le véritable charme de la nourriture syrienne. » Dans les fourneaux depuis trente ans, il maîtrise parfaitement l’art culinaire. Bassem a fait de sa passion son métier. Il parle de la cuisine comme s’il parlait de sa tendre bien-aimée. C’est avec humour et amour qu’il nous raconte des anecdotes sur son métier. Toutefois, il avoue que ce qui le passionne, c’est le contact avec la clientèle. « Quand ils viennent me saluer ou me remercier, c’est toujours un plaisir. » confie-t-il. À peine quelques milliers de kilomètres séparent la France de la Syrie. En tant que franco-syrien, Bassem affirme que la Méditerranée « est notre civilisation ». Il est donc partagé entre les deux rives. Il nous confie que depuis 2011, il n’a pas mis les pieds en Syrie. Mais pour lui, tous les habitants des pays de la Méditerranée vivent dans « la même maison ». « Il y a quelque chose qui nous lie. » affirme-t-il. Le secret de cet endroit atypique réside dans sa décoration purement damascène. Les plats sont concoctés avec amour et finesse par le chef cuisinier. Ouvert en 2002, le restaurant est réputé pour être le meilleur dans sa spécialité de la ville. En règle générale, se démarquer dans la restauration n’est pas chose facile, pourtant cet établissement a bien réussi à percer dans le domaine. Ambitieux et déterminé, Bassem espère ouvrir plusieurs restaurants aux quatre coins de la France, tout en restant fidèle aux gouts.

M.M

0 10962

Symbole de l’art culinaire marocain, Choumicha Chafay est une redoutable femme d’affaires qui a su se diversifier dans de nombreux domaines. En effet, elle a su allier à ses talents de cuisinière d’exception, d’autres atouts qu’elle nous dévoile.

Choumicha, véritable success story

Connue partout dans le monde pour ses fameuses recettes de cuisine mêlant tradition et innovation, Choumicha ne laisse pas s’éteindre cette flamme qui l’anime depuis le début de sa carrière. Au contraire, elle la ravive et démontre à chaque instant qu’elle possède mille et un tours dans son panier pour faire naître de nouveaux projets. Avec ses idées novatrices, cette grande passionnée compte encore et toujours nous surprendre.

Une passion grandissante
Choumicha est née en 1972, à Casablanca. Le Bac et un diplôme en Marketing et Communication en poche, elle s’envole vers l’univers des médias. Elle n’était donc pas directement prédestinée au monde de l’animation culinaire et pourtant… « Je suis issue d’une famille qui s’intéresse tout particulièrement à la cuisine comme beaucoup de familles traditionnelles, maintenant est-ce que j’ai voulu en faire mon métier ? Sincèrement non. Il est vrai que certains animateurs culinaires me passionnaient. Mais lorsque l’on m’a proposé une émission avec un chef cuisinier, j’ai refusé et j’ai voulu la présenter seule » nous confie t’-elle. C’est lorsqu’elle travaillait comme animatrice radio, puis chargée de production qu’elle s’est faite remarquer par Hamid Zerouali, réalisateur de la chaîne marocaine 2M. Au début des années 2000, elle débute donc sa fantastique aventure d’animatrice culinaire avec « Ch’hiwate Maa Choumicha » (délices avec Choumicha) diffusée du lundi au vendredi, suivie de « Ch’hiwate Bladi », (délices de mon pays), en 2003, émise le samedi. En 2014, l’émission hebdomadaire est diffusée tous les jours, vers 15h30 sur 2M Monde. Cette vocation pour la cuisine est née avec le temps et la jeune femme s’applique à proposer des recettes revisitées en y incorporant, à chaque fois, de nouveaux ingrédients. Son savoir-faire lui a été transmis par sa grand-mère qu’elle qualifie comme étant très attachée à la tradition culinaire marocaine. Une tradition dont nombre de personnes souhaitent préserver l’authenticité, mais qui tend à s’ouvrir aussi vers d’autres horizons, notamment vers certaines saveurs occidentales.

« Je ne m’attendais pas à un tel succès mais lorsque cela arrive, ce n’est que du plaisir.. »

Une émission qui la propulse au sommet

Choumicha connaît très vite un grand succès. Son talent, sa fraîcheur font d’elle la star des familles et s’impose rapidement comme l’une des présentatrices les plus célebres du maroc. C’est cette proximité avec les gens, sans aucune distinction, qui lui vaut autant de sympathie de la part du public. Elle n’aurait, cependant, jamais pensé susciter autant d’intérêt. « Je ne m’attendais pas à un tel succès mais lorsque cela arrive, ce n’est que du plaisir et cela nous permet d’évoluer, on est toujours à la recherche d’un parcours zéro faute », indique la jeune femme. Elle invite ainsi les téléspectateurs de tous horizons à un voyage culinaire où s’entremêlent des saveurs et des parfums provenant des quatre coins du pays, mais aussi d’ailleurs. L’  « étranger » , Choumicha le connaît bien puisque son métier lui a permis de voyager et de faire découvrir ses recettes, notamment en occident ainsi que dans d’autres pays du Maghreb. Partout où elle se rend, elle se sent comme chez elle et, à travers le monde, ses téléspectateurs se comptent par milliers. Son talent trouve aussi écho en Europe où elle est invitée à être membre du jury dans une émission Masterchef tournée au maroc en 2012. Au fil des années et parce qu’elle met un point d’honneur à la transmission, elle édite plusieurs livres de recettes. Ainsi que le premier magazine culinaire : Saveurs et cuisines du Maroc diffusé au Maroc, en France et en Belgique. Ambitieuse, la jeune femme, ne s’arrête pas en si bon chemin. Le site www.choumicha.ma voit le jour et développe sa boutique en ligne « Dar Choumicha », à travers laquelle, elle propose des épices et du thé bio en vente. Parallèlement, elle a lancé Choumichaweb TV où elle partage toujours ses secrets culinaires, notamment durant le Ramadan. Soucieuse de proposer de la nourriture saine, la jeune femme est membre actif du mouvement international « Slow Food », un réseau qui tend à sensibiliser l’opinion publique à l’écogastronomie et à l’alter-consommation.

De l’art culinaire au monde de la beauté

Ambassadrice culinaire, émissions de téle, édition, publicité…Choumicha devient une véritable image de marque. Récemment choisi par l’Oréal Paris pour représenter la nouvelle coloration permanente, sans ammoniaque et enrichie en micro-huile « Prodigy ». Une façon pour elle de se teindre les cheveux sans trop les fragiliser, puisque jusqu’ici elle utilisait les produits naturels tels que l’huile d’argan et d’olive ainsi que des mélanges réalisés à partir d’écorces de grenade pour les entretenir. Soucieuse de mettre en valeur la beauté de la femme, elle prodigue ainsi conseils et recettes beauté au naturel sur sa Web TV « Choumicha Mode & beauté ». Parce que beauté rime aussi avec tendances, elle propose également des vidéos intitulées « Un thé avec…», réalisées avec de grands stylistes de renom tel que Lahoucine Ait El Mahdi, Siham El Habti ou encore Zahra Yaagoubi. Portant sur un thème différent à chaque fois, ces séquences sont tournées dans le but d’apporter un éclairage sur les notions de style et sur les nouvelles tendances. En matière de vêtements traditionnels, Choumicha porte très souvent des caftans, gandouras, djellabas de très bon goût lors de ses passages sur le petit écran.

Création culinaire, vente de produits bio, mode et beauté..Aucun domaine ne semble avoir de secret pour Choumicha. Une nouvelle rubrique : « Art de vivre », verra bientôt le jour sur le web. Choumicha n’est pas prête de s’arrêter en si bon chemin..

Articles les + lus