« Fashion For Freedom », hymne à la paix.

« Fashion For Freedom », hymne à la paix.

0 5306

La paix, l’égalité, la liberté des peuples représentent des combats que s’engage à mener à bien, la présidente de « United Fashion For Peace », Fériel Berraies Guigny. Pour ce faire, elle organise la 3e édition de la caravane d’United Fashion For Peace, « Fashion For Freedom ». Rencontre.

 

Initiée par Fériel Berraies Guigny, la présidente franco-tunisienne de l’association et plateforme de mode éthique, « United Fashion For Peace », la 3e caravane, « Fashion For Freedom », a eu lieu le 28 mai à Paris. L’idée de cette caravane qui arpente le monde, Fériel l’a lancée juste après la révolution du jasmin. « Je dédie cette caravane à tous nos chers disparus, tragédies humaines et climatiques. Qu’ils reposent en paix. », ajoute-t-elle. Pour cette édition, six créateurs de mode sont invités à présenter leurs collections. Le Maroc, représenté par Naïma Abed Caftans Maroc, l’Algérie par Ouarda Helli avec ses robes d’inspiration kabyle, la France par « les Couleurs du Noir », d’Aude Magnan de Bornier, une griffe de prêt-à-porter, ainsi que la marque de bijoux en gomme naturelle bretonne, Batucada Fashion. Sathinée une marque cambodgienne ainsi qu’une griffe de vêtements indienne, née de la fondation Being Human présenteront aussi leurs collections. Un défilé riche et divers, à l’image de l’idée que se fait Fériel du vivre ensemble, de l’amour, de la tolérance,du commerce équitable et du respect des peuples.

Un combat pour la culture.

Fériel fait valoir la culture à travers des activités liées à la mode. Elle met ainsi en lumière, le patrimoine culturel des régions des créateurs auxquels elle fait appel et est convaincue de la puissance de la mode comme vecteur, pour apaiser les conflits. « La culture est l’arme la plus redoutable pour amener la paix. », indique-t-elle. Les enfants, la guerre, les femmes et les conflits armés font partie de ses combats de toujours. « Je sors prochainement deux tomes aux éditions l’Harmattan sur les traumas des enfants, la guerre et sur la problématique de leur embrigadement. », ajoute-t-elle. En outre de défendre des causes par le biais du journalisme militant, l’événementiel et son travail associatif, Fériel s’adonne à une nouvelle passion, la médecine douce. « J’ai envie de revenir à la nature, à l’homme, éduquer davantage à travers la santé et savoir réellement, ce qui nous fait du bien. », précise Fériel.

Engagée, jusqu’au bout, la jeune femme a encore de nombreux projets en tête et nous réserve encore de belles surprises.

D.H

Aucun commentaire

Poster un commentaire